RU EN
 

2 visiteurs sur le site

contact@joedassin.info

 
Biographie: 1938-1964, 1965-1968, 1969-1974, 1975-1980

 

1969-1974

1969

    Plait et Dassin ne sont toujours pas entrés en studio pour leur troisième album. En attendant, CBS met sur le marché, en février, un simple d'anciens titres comprenant "Bip-Bip" et "Les Dalton", afin de faire patienter le public. Ces derniers, à une époque où la BD commence à faire fureur, prennent un bain de jouvence, alors que Joe repart à Londres pour enregistrer. Désormais, ni Londres, ni Heathrow n'ont de secret pour lui. Six nouveaux titres sont "mis en boîte", dont deux tubes, "Les Champs-Elysées", une adaptation de l'anglais par Delanoë, et "Le chemin de papa", co-signé par Dassin et Delanoë. On y trouve aussi la reprise de "Me que, Me que", signée Bécaud-Aznavour, et deux titres de Joe et Ricky A son retour, le rythme s'accélère encore, télévisions, radios, reportages, sans parler des demandes de galas qui s'amoncellent...

    Le 1er avril, il s'effondre. Infarctus. Une péricardite virale l'immobilise pendant un mois. En mai-juin, à peine relevé, Joe sort son album et un simple unique comptant à la fois, "Les Champs-Elysées" et "Le chemin de papa", sans parler d'un simple promo destiné à vendre l'album. Plus que jamais, "ce qui plaît à Plait, plaît au public". Et, c'est à nouveau le raz de marée, alors que le 16 juin, Joe se résout à passer son permis de conduire français. A cette époque, Joe est l'invité de "Salves d'or", animée par Henri Salvador. L'émission a des parfums d'ordinaire. Joe ne compte déjà plus les jours, où il s'est retrouvé sur un plateau de télé. Pourtant, pour la première fois, sur les conseils de Jacqueline, la femme d'Henri, il endosse un costume blanc. Il deviendra sa tenue de scène officielle et définitive. C'est aussi à cette époque qu'il s'éloigne de ses deux auteurs fétiches Jean-Michel Rivat et Frank Thomas.

    Au Port du Salut, il rencontre Boby Lapointe, sympathise avec lui, et l'emmène en tournée. Boby, par amitié, lui présente Georges Brassens autour d'une table. Le dîner est magique. Joe retrouve son monde, loin du show et loin du business. Toute sa vie, il sera reconnaissant à Boby Lapointe de cette rencontre, et après la mort de Lapointe, Joe se chargera même, auprès des disques Philips, de rééditer cet artiste, et, ainsi de lui offrir un futur.

    "Les Champs-Elysées" ne sont plus seulement sur toutes les lèvres parisiennes, ils ont conquis l'Hexagone. Joe part faire du ski d'été à Tignes en juillet, avant d'entamer une nouvelle tournée qui doit préparer son Olympia en vedette, prévu pour l'automne. En septembre, sort un double album compilation, le premier pour Joe. De nombreux autres suivront. Sa réussite dépasse les frontières, "Les Champs-Elysées" viennent de rentrer au hit néerlandais. C'est la première fois que Joe est classé aux Pays-Bas. 11 ème pour une durée de 7 semaines, ce qui est un superbe score. Le 1er et le 15 octobre, il enregistre une version anglaise des "Champs-Elysées", suivie d'une version allemande. Cette dernière en re-recording est faite à Davout en même temps que la version allemande du "Chemin de Papa" le 29 octobre. Désormais, que ce soit sur un marché étranger ou un autre, Joe sera toujours classé quelque part dans le monde. Alors que Johnny Hallyday rêve, en vain, depuis 1960 d'une carrière internationale, Joe, sans le vouloir, s'impose sur la planète et va même finir numéro un devant les Beatles au hit-parade moscovite. Et cela, bien avant d'être chanté par les étudiants chinois sur la place Tian an Men, face aux chars, lors d'un printemps que Joe n'aurait pas aimé voir. Joe a entamé son Olympia, qui est un triomphe. Le 22 octobre, après la première, a lieu un dîner chez Maxim's. Mais le plus beau cadeau arrive le 25 octobre, c'est un télégramme de félicitations signé Brassens.

    L'Olympia terminé, la presse parisienne domptée, Joe part à l'assaut du marché allemand avec ses deux chansons enregistrées dans la langue de Goethe. A Hanovre, le 27 novembre, il fait une télé avec ces deux titres. C'est "Studio B" de Péter Froehiich. Parallèlement, CBS presse à quelques exemplaires un simple pour la France avec la version anglaise des "Champs-Elysées". Introuvable. En décembre, Jacques Plait hésite. Le simple et l'album se vendent bien, faut-il sortir un nouveau titre ? Et surtout comment trouver une succession au tube précédent ? "C'est la vie Lily" et "Billy le Bordelais" reçoivent la lourde responsabilité de prendre la relève. Pas de face B et donc deux faces A. Bien vu. A peine sorti, le disque reçoit un accueil sans précédent a Saint-Emilion et les membres de la ligue anti-alcoolique se rabattent sur l'histoire de Lily. Pour la deuxième année consécutive, Joe ne sort pas d'album pour les fêtes. Manque de temps ou technique marketing novatrice avant le mot ? Il est vrai que Joe est épuisé, et qu'il doit ménager son coeur. Il décide de partir en vacances, de s'offrir le voyage de noces qu'il n'a pas eu. Après un passage à New York, où le couple assiste au très étrange spectacle "0 ! Calcutta", cap sur les Caraïbes. Atterrissage aux Barbades jusqu'au 15 janvier. Au programme, plage et soleil.

1970

    Pendant ce temps, l'Allemagne réagit. Le 3 janvier, pour la première fois, Joe est classé au hit allemand avec "Die Champs-Elysées", il y reste quatre semaines et finit 31ème. Plait n'en croit pas ses oreilles. A peine rentré, Joe, après un passage au Palais d'hiver de Lyon, doit repartir à nouveau outre-Rhin. Il est, les 21 et 22 janvier à Wiesbaden, invité du fameux "Star-Parade" télévisé, avec quatre chansons. Le 28 janvier, nouveau re-recording au studio Davout. Les "Champs-Elysées" passent à la moulinette italienne, accompagnés de "C'est la vie Lily". En février et mars, tournée en France, et remise officielle, le 5 mars, du Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros pour l'album "Champs-Elysées". Enregistrement du disque d'été. Joe accélère le rythme. Le succès d'été est une institution de l'époque, générant de nombreux passages radios sur les stations des plages en juillet et août, et de non moins conséquentes ventes de rentrée. A Londres et à Davout, Joe met en boîte, "L'Amérique" et "Cécilia", deux adaptations signées Delanoë. Pour ce disque, l'anecdote est savoureuse. Plait, toujours inquiet des réactions de Joe, lui avait fait écouter l'original de "L'Amérique", disant (pour le piéger) qu'il allait le proposer à Johnny Hallyday. Moyen le plus radical pour que Joe s'en empare. Plait avait vu juste. Dassin menaça Plait de toutes les ruptures s'il ne lui donnait pas la chanson. Pour la troisième saison consécutive, Joe allait faire le tube de l'été. En attendant la mise en vente du simple, prévue pour mai, Joe, fait quelques galas et un nouveau voyage sur l'Italie le 28 avril. Au programme, des télés à Naples et à Milan. Il chante ses deux titres en version italienne dans "El Caroselo" et "Sette Voci". D'Italie vient également Gigliola Cinquetti, pour laquelle Dassin signe "Le Bateau-mouche" qui sort chez CBS. L'écurie Plait s'agrandit. Puis l'été arrive avec sa ronde de galas, ponctuée par des séances d'enregistrements, comme le 16 juillet, celle, mémorable, destinée à enregistrer des versions japonaises, notamment celle des "Champs-Elysées". Quelques galas, et, aux premiers frimas de l'automne, pour la troisième fois, Joe enregistre en italien. La séance a lieu le 16 octobre au studio Davout. "L'Amérique" et "Cécilia" vont être savoures dans la langue de Dante. Si Jean-Marie Périer fait quelques photos régulières avec Joe, c'est Bernard Leloup qui rapidement devient son photographe attitré. Le 27 octobre, celui-ci conduit Joe chez des amis qui vivent dans une champignonnière à 50 kilomètres de Paris, et qui gardent Loulou, le guépard de Leloup, si photogénique. Clic-clac. Sur la voie d'un petit chemin de fer désaffecté, Loulou en laisse, Joe fait des photos. Comme la Harley, de quelques instants, à New York, Loulou s'inscrit pour l'éternité aux côtés de Joe, et on le retrouvera sur de nombreuses pochettes de disque. Joe est de retour en Allemagne le 9 novembre, à Berlin. En attendant, à Londres, Arthey prépare les arrangements d'un album, où il n'y a que des chansons nouvelles. Un jour de mai, Claude Lemesle l'apporte deux chansons dont il a écrit les paroles et la musique: “Les filles que l’on aime” et “L’équipe a jojo”. Joe les refuse toutes les deux en lui disant: “Claude, pourquoi veux-tu que je te prenne deux musiques que je suis parfaitement capable d’écrire moi-meme?” En août, Jacques Plait, a qui Lemesle est allé rendre visite dans sa belle maison de St Cézaire sur Siagne, lui demande: “Qu’as-tu écrit de nouveau, Claude?”, et Claude lui inflige, naturellement, ses deux chansons laissées pour compte. Jacquot, qui a l’enthousiasme bondissant, s’emballe immédiatement et dit: “Je cherche désespérément depuis deux mois ce que je pourrais bien faire apres une tube tel que “L’Amérique” et bien, ça y est, j’ai trouvé!”, ce a quoi Claude reponds aussitôt: “Il n’y a qu’un seul petit problème, Jacques, c'est que je les ai fait écouter a Joe qui n’en veut pas”. “Il est fou!” replique Jacquot, dans un cri du coeur qu’il positive immédiatement d’un: “Ne t’inquiète pas, j’en fais mon affaire!” Enfin, Joe prends les deux chansons mais il change les melodies et quelques mots – et "Les filles que l'on aime" deviennent "La fleur aux dents". Vraiment, c'est pas facile de travailler avec lui. Type attachant et adorable mais dès temps en temps emmerdant, Joe est appellé par Lemesle et Delanoë "un mec atta-chiant".

    Dès sa sortie, début décembre, l'album s'envole vers des records de vente. Disque d'or en dix jours. Il faut dire que les radios reçoivent deux simples promos. CBS a mis le paquet. Joe, lui, a d'autres engagements. Pour la première fois, il part en tournée en Afrique. Celle-ci est négociée par Charley Marouani auprès du tourneur local Gérard Sayaret, qui programme dix pays en vingt et un jours. Avec, comme road manager, Pierre Lumbroso. Joe y impose sa compagne et quitte la France avec huit musiciens le 1er décembre. Les étapes sont courtes, le climat éreintant : le Maroc (Casablanca et Rabat), le Sénégal (Dakar pour deux soirs), la Côte d'Ivoire (Abidjan), le Togo (Lomé), le Dahomey (Cotonou), le Cameroun (Yaoundé), la République Centre Africaine, le Zaïre (Kinshasa pour deux soirs), le Gabon (Libreville), le Cameroun (Douala), le Tchad (Fort Lamy)... De loin, les jeunes Français suivent son périple, révisent leur géographie. Quand Joe rentre à Paris, il a à peine le temps de fêter Noël qu'il faut repartir en Allemagne les 29 et 30 décembre. A Berlin, il chante en allemand et conforte sa position de star internationale montante.

1971

    Alors que le simple de "La fleur aux dents" est mis en vente, le 4 janvier, on remet six disques d'or à Joe. Il n'en croit pas ses yeux. Le 6 janvier avec Plait, le voilà parti pour les Etats-Unis, où par hasard, il rencontre son père avec Mélina Mercouri. Lors d'un déjeuner avec le directeur de la division internationale chez CBS, Sol Rabinovitz, il rencontre l'imprésario Paul Rosen, qui doit s'occuper de sa carrière américaine. Mais l'affaire ne se fera pas. Les 26 et 27 janvier, au studio Davout, le voilà chantant en allemand à nouveau : la séance est importante puisque ce sont quatre chansons qui sont gravées, "La fleur aux dents", "Mélanie", "Le cadeau de papa" et un titre original. Epuisé, il part skier à Courchevel avec Maryse. Ces vacances d'hiver sont ses grandes vacances de chanteur, l'été étant toujours retenu pour les tournées. En avril, il est en Allemagne pour promouvoir ses chansons, en Bavière, à Munich. Ce pays commence à ne plus avoir de secret pour lui, et surtout plus aucune réticence à son égard. Le simple de "L'équipe à Jojo" sort sur le marché français en juin, mais Joe enregistre quatre nouvelles chansons pour l'été, des originaux signés de la bande à Jojo. Sur les deux disques qui sortent en juillet, si "Fais la bise à ta maman" est un succès, il n'est malheureusement pas le tube de l'été. En novembre, voici Joe à nouveau à Londres pour un album. La plupart des chansons sont des originaux français, un titre est co-signé par Michel Mallory et Alice Dona et arrangé par Alfredo de Robertis à Paris. L'album ne contient que peu de tubes potentiels et une tension passagère monte entre le chanteur et son producteur. Heureusement que le marché étranger apporte son lot de joies. Le 15 novembre, "Das sind zwei linke schuh", le titre original allemand termine 21ème au hit de la RFA en douze semaines. Cette chanson reste son plus grand succès outre-Rhin. Joe, avec ses pattes d'éph' moulant ses jambes longues et ses chemises pelles à tarte ouvertes sur une poitrine velue, a tout du latin lover qui plaît aux Bavaroises comme aux Berlinoises. Joe part avec Carlos et Bernard Leloup quelques jours à Djerba. Après l'orage, pour régénérer leur amitié, le 9 décembre, les Dassin invitent les Plait en voyage au Maroc. Tous les quatre partent à la Mamounia, dans deux suites royales, vivre leur complicité vite retrouvée...

1972

    En janvier, aucun titre ne se détache de l'album, aussi CBS sort un simple relançant un titre de l'été précédent. C'est un premier creux de la vague. En attendant des jours meilleurs sur le marché français, Joe enregistre, du 17 au 20 avril, un album pour l'Allemagne au studio Davout. "Fais la bise à ta maman", "La ligne de vie", "Bye-Bye Louis", "A la santé d'hier", "La mal-aimée du courrier du coeur", "Allez roulez", "L'équipe à Jojo", "Adieu mes amis", "Elle était Oh ! ", "Le chanteur des rues", "Sylvie", et deux originaux, soit une douzaine de chansons chantées en allemand, un record ! Sans compter, "Taka taka-ta" en français pour le marché hexagonal, qui sort en mai. Et qui reçoit un bon accueil. Ouf ! Plait s'éponge le front. Joe, sur l'insistance de Maryse, signe une nouvelle tournée. Pour les îles et territoires au bout du monde. En juin : La Réunion, Madagascar (dont il ne voit que l'aéroport à cause d'émeutes), et Djibouti. Après un passage à Paris, redécollage vers la Nouvelle-Calédonie (sur laquelle s'abat un cyclone lors de son séjour), et Tahiti. Joe a réussi, en plus de son road manager, Pierre Lumbroso, à imposer ses huit musiciens mais aussi trois choristes. Sans compter Bernard Leloup qui vient faire des photos pour Salut Les Copains, et Maryse qui serait prête à faire le voyage dans une valise tellement elle ne veut pas rater cela. A Tahiti, à la suite des galas, Joe et Maryse restent douze jours en vacances à Tahaa dans une cocoteraie près de Papeete. Le rêve. Joe est tellement subjugué par la beauté des paysages, qu'il achète vingt hectares de terrain dont un kilomètre de plage de sable fin. Il le sait désormais, c'est là qu'il prendra ses vacances. En juin, Joe est de nouveau aux Etats- Unis. En Californie, avec Jeff Barry, il a rendez-vous chez AM Records le 24, et enregistre trois chansons pour le marché américain, notamment "Vaya na cumana" en anglais. Au retour, il faut reprendre la route, une nouvelle tournée d'été l'attend. Avec ses fatigues, mais aussi ses satisfactions dénichées au fond des guides gastronomiques. Les villes défilent, tout comme les bonnes tables. A la rentrée, une surprise, alors que Joe a enregistré de multiples chansons en allemand, c'est "Taka takata", qui, le 4 septembre, rentre une semaine au hit allemand à la 50ème place. Lors du week-end de la Toussaint, Joe est à Deauville chez Pierre Delanoë. Là, il va s'adonner au golf pour la première fois. Ce sport ne le lâchera plus. A Paris, à Valbonne, au Maroc, à Tahiti. Partout, désormais il emmènera ses clubs. On le verra même, deux ans plus tard, au Trophée Lancôme, partenaire du champion Arnold Palmer. En novembre, le rituel est respecté. Londres et Davout sont au programme. Les auteurs et compositeurs remettent leurs copies à Plait. Un nouvel album est sur le feu. Mais, cette fois, quelque chose de nouveau vient d'être installé au studio. Plait et Dassin n'en croient pas leurs oreilles lorsqu'Arthey leur fait écouter une nouvelle machine qui remplace des musiciens : le synthétiseur. Ensemble, ils vont la dompter. L'album ne comprend presque que des nouveaux titres dont deux se détachent : "La complainte de l'heure de pointe (à vélo dans Paris)", et "Le moustique", deux adaptations. Plait, en souvenir du précédent album, veut limiter la casse. Dassin, lui, adore une adaptation de Guthrie et Goodman, "Salut les amoureux", qui va bientôt triompher. La sortie de l'album est prévue pour décembre. CBS réédite en novembre un simple de "La bande à Bonnot". Le premier extrait de l'album, "La complainte de l'heure de pointe", est mis sur le marché au moment des achats de Noël. Toute la France fredonne la chanson au titre inadapté, forçant sur le pédalier et donnant le rythme au son du timbre du guidon...

1973

    L'année commence bien, Joe est "en grandes vacances" à Courchevel. Comme souvent, sortent, en parallèle, deux nouveaux simples extraits de l'album, "Le moustique" et "Salut les amoureux". La première des deux chansons fait délirer la moitié du pays, et donne le bourdon à l'autre moitié. La seconde, bien meilleure, entre dans la légende. Nous sommes en mars. Les Allemands réclament Joe. Le 21, il offre à ce peuple amoureux de la petite reine, une version allemande de "A vélo dans Paris", enregistrée à Davout. Quand Joe attaque sa nouvelle tournée française, Maryse est enceinte. C'est la plus belle chose qui pouvait arriver à ce couple qui va fêter ses dix ans de vie commune. Joe est aux anges, tellement heureux qu'il décide de s'installer à la campagne. Il achète un terrain en banlieue ouest de Paris pour y faire construire une maison. Et, pour mieux surveiller les travaux et donner à la future maman l'air de la nature, si important pour le bébé, il quitte la rue d'Assas pour une maison louée sur le golf de Saint-Nom-la-Bretèche. En attendant. Maryse surveille les travaux de la maison construite dans un bois, à Feucherolles. Le premier choc pétrolier n'a aucune incidence sur l'avancement des travaux. En revanche, les escrocs et les voleurs les ont repérés. La maison leur coûte une fortune en matériaux. En mai, Joe est de nouveau à Londres, cette fois aux Audio International Studios. Avec Arthey et Plait, il enregistre deux titres de Delanoë et Lemesle. L'un d'eux, "La chanson des cigales" essaie de prendre la suite du "Moustique". Mais la France n'entend pas ce bourdonnement de la même oreille. Autrefois, ce creux de la vague, qui n'a jamais épargné aucun chanteur, même des plus grands, l'aurait plongé dans la dépression la plus totale. Comme il sait qu'il va être papa, il relativise l'importance de sa vie professionnelle. Pour juillet, Maryse se repose à Deauville, alors que Joe repart à Tahiti. Nul doute, il est fasciné par cette île. Le prétexte invoqué est de surveiller les travaux des farés (petits bungalows) qu'il fait construire sur son terrain. En août, la mort dans l'âme, il doit rentrer en France pour repartir en tournée. Sans tube à l'appui. Et, comme une mauvaise nouvelle en amène d'autres, la pire des choses qui peut arriver à un futur papa, le frappe de plein fouet.

    Maryse donne naissance, avant terme, à un prématuré, Joshua, qui décède cinq jours plus tard. A cette date, la vie de Joe bascule. Désormais, rien n'est plus comme avant. Dans cette dépression, son ami Carlos, avec qui il fait ses tournées, le soutient. Joe décide de lui écrire son album. Des chansons que lui-même ne pourrait pas chanter. C'est ainsi que naît "Une journée de Monsieur Chose". En même temps, Joe doit préparer son album de fin d'année, même si CBS a mis en vente en septembre une double compilation. Pour faire patienter. Joe se noie dans le travail, le seul tourbillon qui l'empêche de penser et peut le sauver du gouffre. Avec son photographe et ami Bernard Leloup, il part à Las Vegas et dans les canyons faire quelques photos. Enregistre au Landsdowne Studio et à Davout en novembre, le nouvel album sort en décembre. Avec uniquement des nouveaux titres. Peu de tubes potentiels, sauf, peut-être, "Fais-moi de l'électricité", signé par la bande. On remarque à nouveau sur ce LP, la signature de Daniel Vangarde et celle d'Alice Dona.

1974

    En janvier, un simple est extrait de l'album. Il n'y a pas de face A ou B, "Quand on a seize ans" et 'A chacun sa chanson" sont présentés de la même façon. Comme les titres n'accrochent pas, CBS s'empresse de mettre sur le marché, fin janvier, un autre simple avec "Les plus belles années de ma vie" et "Fais-moi de l'électricité" en face B. C'est à peine mieux. Joe doit vraiment trouver un nouveau souffle. Son inspiration est bien meilleure quand il compose pour les autres. Comme pour son ami Carlos. Il lui donne d'énormes tubes comme "Senor Météo" et "Le bougalou du loup-garou" avec Claude Bolling. Il chante même en duo avec Dolto junior, "Crésus et Roméo". Le 19 février, Joe est à l'Olympia. Dix-sept musiciens dirigés par Claude Gagnasso, dix danseuses, cinq choristes... et un lasso. Cette fois le spectacle est enregistré dans le but de sortir un "live". Deux pot-pourris dont un de succès américains des années 40 animent le spectacle. Ambiance Andrew Sisters garantie. Après cette scène, le 13 mars, Joe est au studio Kluger à Bruxelles pour enregistrer trois chansons en allemand : "Quand on a seize ans", "La dernière page" et "A chacun sa chanson", qui ne marqueront pas vraiment la Bundes Republik. Joe s'est promis d'aller à Tahiti au moins une fois par an. Cette année, son voyage a lieu en mai. Avec Maryse, ils ont demandé à leurs amis restaurateurs provençaux, Gu et Renée Galasso, de les accompagner. Ces derniers aiment la plaisanterie et sont d'excellents compagnons de voyage. La galéjade jette l'ancre au milieu du Pacifique. On retrouve ensuite Joe en studio, à Londres. Il lui faut un tube pour l'été. Absolument. Il enregistre deux titres dont "C'est du mélo", mais le 45 tours ne décolle pas. Le souci de Plait vire à l'obsession. Il lui faut trouver les titres. Quand la tournée d'été arrive, Joe fait craquer le public avec ses tubes du passé. Le côté nostalgique de son récital lui pèse un peu. A l'automne, même s'il emménage dans sa superbe maison de Feucherolles, le beau chanteur envié s'ennuie. Sa vie de couple n'est plus ce qu'elle était, et sa vie d'artiste est monotone. Plait redynamise ses troupes qui ne croient pas à un retour au premier plan. Toute carrière, après quelques coups d'éclat, prend son rythme de croisière et s'use. Pourquoi Joe ferait-il mieux ? Jacquot ne l'entend pas de cette oreille. Il fait travailler auteurs, adaptateurs et compositeurs sur le futur album. En novembre, au Lansdowne Studio, on décide même de rajouter à l'équipe un ingénieur du son, ce sera John Mackswith. L'album sort en rush fin novembre, car Plait veut des ventes de fin d'année. Il était temps. Dans l'album, deux tubes se détachent "Vade retro" et "Si tu t'appelles Mélancolie". Immédiatement, un simple est extrait avec ces deux chansons fortes. Plus question de faire la fine bouche et d'économiser des titres. A cette roulette de la chanson, Plait mise tout sur le rouge et fait exploser la banque. Joe est à nouveau sur les rails.

En haut     Suite...