RU EN
 

2 visiteurs sur le site

contact@joedassin.info

 
Biographie: 1938-1964, 1965-1968, 1969-1974, 1975-1980

 

1975-1980

1975

    Au loin, gronde le disco. Joe Dassin, présent au MIDEM, en entend à peine parler. Pour l'heure, en mars, Plait sait qu'il faut qu'il repositionne Dassin de façon durable. Le succès du dernier single doit être confirmé. Il est à l'affût de "la" chanson, "du" titre pour l'été. Mais le temps passe vite. Très vite. Et le miracle se produit. Lors d'une réunion d'écoute chez CBS début mai, le producteur artistique au flair redoutable entend une production italienne qui doit être distribuée en France. "Africa" par le groupe Albatros est co-signée d'un certain Toto Cutugno et de Vito Pallavicini, très connu par les artistes français qu'il a l'habitude de traduire en italien. 11 est chanté en anglais. Plait se jette dessus, court la faire écouter à Dassin... Ce dernier craque, démonte et remonte entièrement la chanson, pendant que Plait réserve le Lansdowne Studio, prend des billets pour Londres, demande un texte en rush à Delanoë et Lemesle... Roissy. Heathrow. Landsdowne. Heathrow. Roissy. Quelques jours se sont à peine écoulés, quand il rentre en France faire les voix le 24 mai au studio CBE de Bernard Estardy. Ce dernier est un "preneur de voix" sans pareil. Il sait comme personne capter les grains de voix des grands de la chanson française. Une mélodie forte, des arrangements soignés, un texte parlé en intro enregistré en une prise surprise, un titre fort trouvé par Delanoë: "L'été indien" est né. Tous les voyants du tableau de bord de Plait clignotent, il flaire le tube. Mais celui-ci sait que le plus dur reste à faire. Mise en radio, promo, télé... Le feu aux poudres est mis le 27 mai sur les périphériques. Le disque sort le 6 juin, jour anniversaire du Débarquement. Bon présage. Plait veut faire d'une pierre trois coups. Les 24 et 25 juin, toujours à CBE, Dassin enregistre les versions allemande et italienne de "L'été indien". Suivent la version espagnole, puis, le 3 septembre, la version anglaise au studio 92. Pour ses dix ans de carrière, Joe tient bien plus que le tube de l'été. "L'été indien" est son plus gros succès. Sans conteste. Et pas seulement au pays de Giscard. Le 2 août, la chanson rentre au hit néerlandais, y reste cinq semaines et atteint la 22ème place. La version allemande finit 28ème en quatorze semaines au hit allemand et ce, dès le 22 septembre. Elle rivalise, sur ce marché, avec la version française, qui n'entre au hit allemand que le 20 octobre, et finit 47ème en deux semaines. Sans parler de l'Espagne et de l'Amérique du Sud qui craquent (enfin) sur Joe. Au final, le disque sortira dans vingt-cinq pays et sera - c'est exceptionnel - un bien plus gros succès que la version originale anglo-italienne. Revigoré, CBS sort en septembre un double album compilation en même temps qu'un "Album d'or". Joe, également en pleine forme, réenregistre en décembre avec le tandem Cutugno-Pallavicini, qui signe succès sur succès. L'album est préparé à Londres avec Arthey, terminé à CBE avec Estardy. Les tubes y sont nombreux, "Et si tu n'existais pas", "II faut naître à Monaco", "Ça va pas changer le monde", "Salut"... Le disque sort pour Noël, avec un simple promo à l'appui, et marche très fort en France, tout comme le 45 tours, qui suit en janvier, avec "Ça va pas changer le monde" et "II faut naître à Monaco". Le renouveau tant espéré est bien arrivé.

1976

    En mars, CBS met en vente un nouveau simple avec "Salut" et "Et si tu n'existais pas", et le succès ne se dément pas. Ce "Salut", c'est certain, n'est pas un "Au revoir". A l'étranger, du sud au nord, Joe fonctionne. Le 10 avril, "Ça va pas changer le monde" percute le hit hollandais pendant cinq semaines. A la clé : une 23ème place. Chez CBS, on annonce que Dassin a vendu 20 millions de disques dans toute sa carrière. Incroyable. Pour l'été, de retour à CBE, il enregistre Il "II était une fois nous deux" qui sort en juin et grimpe très vite dans s les hits d'été. Le 6 juillet, "Et si tu n'existais pas" et "Ça va pas changer le monde" sont gravés en espagnol. Avec tous les succès qu'il connaît depuis un an, sa tournée avec le groupe Martin Circus ne ressemble à aucune autre. En septembre, CBS met sur le marché un nouveau double album compilation, baptisé "Grands succès volume 3". La rentrée est devenue la période idéale pour ce genre de produits. En avance sur le planning habituel, dès le mois d'octobre, Joe est en studio chez CBE pour son nouvel album. Arthey dirige les séances des soixante musiciens et vingt-quatre choristes. Jacques Plait a demandé aux Italiens, Vito Pallavicini et Toto Cutugno, une mélodie sur mesure. "Le jardin du Luxembourg", un titre de douze minutes, sera d'abord refoulé par les radios, ce qui poussera Plait à presser un simple promo avec un texte explicatif. A cause de leur durée, "Le jardin du Luxembourg", mais aussi "A toi" et "Le café des trois colombes", comptent des versions remixées.

1977

    Malgré ce contretemps, l'album d'abord, le simple "A toi" et "Le café des trois colombes" ensuite, triomphent dès le mois de janvier. Plait, au coeur de la vague de musique pour discothèque, a trouvé une nouvelle équipe slow pour Dassin, et ça marche ! En mars et avril, toujours à CBE, Joe enregistre deux nouveaux titres pour l'été, signés des Italiens redoutables qui font trembler le marché français. Le simple, paru en mai, avec "Et l'amour s'en va", se laisse emporter dans les flots du disco. Toujours proche de Carlos, Joe lui offre les chansons qu'il ne souhaite pas mettre à son répertoire comme "Le big bisou". L'écurie CBS s'est également renforcée d'une nouvelle chanteuse américaine, qui, de par ses origines, a de nombreux points communs avec Joe : Jeane Manson. Elle devient son amie. Côté vie privée, rien ne va plus avec Maryse. Et il obtient son divorce à l'amiable le 5 mai. Quelques jours après, il part avec Johnny Hallyday à bord du "Vendredi 13", direction La Martinique, avant d'enregistrer, le 7 juin, en espagnol "A toi" et "Le jardin du Luxembourg". Et de triompher en Espagne et en Amérique du Sud avec ces chansons. En septembre, sortent deux compilations de Joe, et en décembre, alors que le Disco est roi, Joe persiste et signe des chansons couleur slow. Son album chez CBE ne voit émerger qu'un titre, "Dans les yeux d'Emilie", qui sert de prétexte au simple. Le reste de l'album, "Les femmes de ma vie", est un hommage à toutes celles qui ont compté dans sa vie, notamment ses soeurs et sa nouvelle compagne, la jolie Christine.

1978

    Quand le LP sort en janvier, on y remarque une nouvelle signature, celle d'Alain Goraguer, ex-complice de Gainsbourg. Quand il se marie le 14 janvier à Cotignac avec Christine Delvaux, Serge Lama et Jeane Manson sont présents. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. "Dans les yeux d'Emilie", le 4 mars, affleure au hit hollandais. Avec sa belle-mère, Mélina Mercouri, pour les besoins de la bande originale du film "Cri de femmes", Joe enregistre, en juin, une chanson en grec. Un simple promo sera extrait de la BOF. Juste avant, en avril, il a adapté un tube de Bob Marley, revu par Boney M, "No Woman, No Cry". Delanoë et Lemesle l'ont transformé en "Si tu penses à moi", conduisant Joe sur le terrain glissant du disco reggae. Après un été, où il surveille de près la grossesse de son épouse, comme chaque année, en septembre, CBS met en vente des compilations : le volume 3 d'une série de compilations et un coffret trois disques. Le 14 septembre, huit mois exactement après son mariage, son premier fils, Jonathan, naît à l'Hôpital américain de Neuilly. Joe est le plus heureux des hommes. Son nouveau projet est d'enregistrer avec Marcella une comédie musicale, "Little Italy", en deux versions française et italienne. Pour les télévisions italienne et française. Gilbert et Maritie Carpentier ont un beau projet qui malheureusement ne verra pas le jour. Après ces séances de studio, qui n'auront pas pour conséquence la sortie d'un disque en France, Joe part en tournée au Canada. En octobre et novembre, Joe entre chez CBE un peu comme un automate. Son métier l'intéresse moins. Sa vie privée lui apporte d'autres joies. Il enregistre deux titres en anglais, "La beauté du diable" et "Darlin' ", des Poacher. Pour le simple, qui accompagne l'album "15 ans déjà", Joe choisît "Darlin' ". La langue anglaise est on ne peut plus à la mode en France. Sheila, Juvet, Cerrone, Karen Chéryl, tous ceux qui comptent dans le showbiz hexagonal s'y sont jetés à micro perdu. Et qui est mieux placé que Joe, l'Américain, pour enregistrer en anglais ? Le disque en anglais est un peu boudé par le public, aussi "La vie se chante, la vie se pleure", signée Delanoë et Lemesle, sortira en simple en janvier. C'est certainement la seule chanson de l'album qui restera dans les mémoires. Pourtant, Plait a demandé à toutes les valeurs du moment, Alice Dona, Toto Cutugno, Didier Barbelivien et William Sheller, de travailler sur l'album.

1979

    Les voeux du nouvel an passés, Joe sent bien que pour durer, les grandes carrières, la sienne, comme celle de Johnny, qui est au plus bas, doivent redoubler d'effort. Certaines s'effondrent même, balayées par des petits nouveaux du nom de Cabrel, Duteil ou Balavoine. Tout cela n'est pas pour rassurer Jacques Plait. Même si un titre est classé au hit allemand, "Darlin' ", et qu'il atteint, en deux semaines, la 49ème place, Joe doit être vigilant. La veille de ce classement, le 14 février, il est en studio pour des versions espagnoles de "La vie se chante, la vie se pleure" et "Si tu penses à moi". Sa carrière étant désormais plus Amérique latine que péninsule ibérique, c'est Marie-France Brière, qui vient lui apprendre à prononcer l'espagnol d'Amérique du Sud.

    Début avril, CBS sort un nouveau simple extrait de l'album, "Côté banjo, côté violon", en attendant que Joe ait envie de refaire un titre pour l'été. Sa nouvelle vie privée lui prend beaucoup de temps, mais en mai, à CBE, il enregistre un tube en provenance d'Italie, "Le dernier slow". Le disque sort en simple et, pour la première fois pour Joe, en maxi (promo et commerce). Il va faire danser les amoureux dans les boîtes de nuit. Julio Iglesias tremble sur son piédestal. Son succès en Amérique du Sud, depuis quatre ans, ne se dément pas. Comme partout où ses disques se vendent, il se doit de se montrer et d'y faire quelques radios, quelques télés et quelques galas. Le 10 août 1979, Joe décolle pour le Chili. Après une escale en Argentine, le chanteur voit son avion, pour des problèmes de brouillard, revenir sur Buenos Aires, avant de repartir se poser à Santiago. En ce bout du monde, il voit, ému, le public chanter ses chansons par coeur, même en français. A la télé locale, Chanel 13, il chante "A ti", et chaque Chilienne se sent concernée. Le charme du "latin lover malgré lui" n'a plus de frontière. Le 14 août, il revient en Argentine, où ses chansons embrasent la Pampa... Plait n'en croit pas ses yeux. Au royaume du tango, "le slow qui tue" made in France fait des ravages. Le 16 août, Joe arrive à Los Angeles, revigoré, pour enregistrer un album. Arrangé par Mike Utley, il doit être celui de son renouveau. Pendant que les musiciens enregistrent les titres de Jim Croce, Eric Clapton, Tony Joe White, du 16 au 27 août, Joe part en vacances à Tahiti. A son retour, il pose sa voix en français et en anglais sur les titres au Devonshire Sound Studio. Tony Joe White, au grand bonheur de Joe qui l'admire, viendra jouer de la guitare et de l'harmonica lors de séances. Un titre est un original français de Claude Lemesle, "Le marché aux puces". Tony le reprendra en anglais, sous le titre de "The Guitar Don't Lie" ce qui rendra Joe fou de fierté. A l'automne, alors que l'album en anglais, "Home Made Ice Cream", sort au Canada, Christine est enceinte pour la deuxième fois. Mais, bientôt, Joe demande le divorce, et passe les fêtes de fin d'année avec son fils, Jonathan.

1980

    Le 11 janvier, sort en France l'album de la maturité, "Blue Country", sans aucun simple à l'appui. L'accueil des médias est enthousiaste, même si le public traditionnel de Joe se sent un peu trahi. De passage à Montréal, le 26 janvier, avec des choeurs, il refait quatre titres de son album. Désormais, il n'enregistrera plus qu'en américain. Après la sortie d'un simple promo en février, le 18, Joe réenregistre à CBE une chanson de l'album "Home Made Ice Cream", suivi les 25 et 26 de trois titres. Le 11 mars, CBS se résout à sortir "Faut pas faire de la peine à John", l'adaptation d'Elvis Presley en simple. Côté privé, Christine lui donne un second fils, Julien. Joe aurait dû être le plus heureux des hommes, et pourtant...

    Le 31 mars et le 1 er avril, Joe est à nouveau avec Bernard Estardy, au studio de la rue Championnet, pour refaire cinq versions anglaises des chansons de son dernier album. En même temps, les 1er et 2 avril, au studio Berthier, ce sont à nouveau trois titres en anglais issus de cet album qui sont "remixés" avant le mot. Joe a maintenant de quoi sortir en France un nouvel album en version américaine. Ce disque lui tient à coeur. CBS accepte de presser "The Guitar Don't Lie" pour le marché français en version simple et maxi pour l'été, mais attend de voir pour l'album... Joe attend donc le verdict du public ... Son état de santé, notamment cardiaque, n'est pas bon. Trop d'abus de tous genres. En juillet, souffrant déjà d'un ulcère à l'estomac, il est aussi victime d'un infarctus, et est hospitalisé à l'Hôpital américain de Neuilly. Jacques Plait, le 26 juillet, vient lui rendre visite avant le départ de Joe pour Tahiti. L'amitié qui lie les deux hommes est toujours plus forte. A Los Angeles, escale obligatoire classique entre Paris et Papeete, il est frappé par une nouvelle attaque. Son état de santé ne lui autorise plus aucun excès. Déprimé, il continue pourtant à se détruire. Arrivé chez lui à Tahiti avec Claude Lemesle, sa mère Béa, et ses deux enfants, il essaie d'oublier ses problèmes personnels. La vie va en décider autrement. Dans ce paradis terrestre, il prend son billet pour le Ciel.

    Au restaurant "Chez Michel et Eliane" à Papeete, le 20 août à midi, il s'effondre. Crise cardiaque.

    Quand la dépêche AFP tombe en France, toutes les radios s'empressent de diffuser les chansons de Joe. Peut-être pour que ces dernières l'accompagnent dans son dernier "village au bout du monde". La presse essaie de comprendre l'affaire Dassin, et le public, encore dans la torpeur des vacances estivales, se rue sur les disques de Joe. En septembre, de nombreuses compilations, dont un coffret trois disques, lui rendent hommage. Il en sera ainsi de même chaque année désormais. Joe n'est pas qu'un simple chanteur. Comme Edith Piaf, Jacques Brel, Georges Brassens, ou Claude François, il est un phénomène de société. A jamais.

    Entre 1981 et 1985, Joe est toujours très présent chez les disquaires, notamment en été 82, où sort un simple "A mon fils" et en 83 où CBS réédite "L'été indien" et "A toi", sans parler de multiples compilations et rééditions d'albums.

    Entre 1986 et 1990, les premiers CDs ont changé le marché. On aurait pu croire que Joe serait oublié. Il n'en est rien... Première compilation laser, "Une heure avec... Joe Dassin". Et Jacques Plait publie avec Maryse Massiera, la première femme de Dassin, un livre sur Joe. On édite aussi en laser des albums de Joe et le premier coffret (quasi intégrale en français), tout en réalisant une vidéo avec l'INA, et en relançant un single de "L'été indien" et un mégamix. La première campagne de pub TV de Joe, "Un ami revient" est signée par Arsenic.

    Entre 1990 et 1995, Dassin réalise, avec Cabrel et Goldman, les meilleures ventes CD de Sony-France. Il est tellement incontournable que ses disques sont édités chez France Loisirs. Après un CD single de "Champs-Elysées" et "A toi", Jacques Plait saute de joie en voyant le numéro un français, Johnny Hallyday, enregistrer "The Guitar Don't Lie" qui devient "La guitare fait mal", avec un nouveau texte français d'Etienne Roda-Gil. "Le marché aux puces", revu et corrigé, prouve bien, s'il en était encore besoin, que Dassin avait vraiment dix ans d'avance. En 1993, une nouvelle grande opération, cette fois avec Platine, voit la compilation Dassin couronnée par un double disque d'or. Une nouvelle Equipe à Jojo (avec Les Innocents, Jean-Louis Murat, Les Objets, Jérôme Soligny et Louise Féron, Dominique Daclan, Bill Pritchard, Autour de Lucie, Mr Kuriakin, Oui Oui, Pascal Comelade, Les William Pears, Drôles de Beaux Gars, Marie Audigier, Katerine, Chelsea, Daniel Darc, Bertrand Burgalat) enregistre aussi un album en son hommage.

En haut     Retour