RU EN
 

6 visiteurs sur le site

contact@joedassin.info

 

INTERVIEW EXCLUSIF DE JEAN-CLAUDE ROBRECHT, PRESIDENT DU CLUB "LES AMIS DE JOE DASSIN"

"J'AI VOULU LE FAIRE VIVRE..."

Interview pour le site www.joedassin.info à Namur, le 19 août 2005

Il donne l'image de l'intelligence et de l'humour tranquille. Regard vif et malicieux derrière des grosses lunettes, look un peu " professeur universitaire ", discours fascinant, parfois intellectuel, parfois humoristique, c'est Jean-Claude Robrecht, le Guru des admirateurs de Joe Dassin du monde entier, celui qui, depuis déjà 25 ans, fait vivre le souvenir de notre idole de toujours.

Il nous a donné ce petit interview le 19 aout 2005, a la veille de la soirée en hommage à Joe " 40 ans d'amour " qu'il préparait avec Jean-Marie Balon. Entre Charleroi et Namur, entre deux trains, juste avant l'évenement important - et unique, car c'était la toute première réunion de fans autour de Joe, - Jean-Claude est resté tel qu'il est toujours, disponible, gentil, passionné... et passionnant.

A vrai dire, ça ressemblait très peu à un interview. Plutôt à un bavardage entre des fans - on a tout simplement continué le dialogue commencé quelques heures avant.

- Jean-Claude, vous êtes le Président du Club des Amis de Joe Dassin depuis l'année...

- 1980.

- Quel âge aviez-vous à l'époque ?

- J'avais 22 ans. J'ai été initié par le manager de Joe, Pierre Lumbroso, qui m'avait légué le pouvoir de continuer le fan club qui existait du vivant de Joe depuis l'année 1977.

- Il y avait beaucoup de monde qui aurait voulu continuer, mais c'était vous que l'on a choisi...

- Oui ! (sourire)

- Et c'était donc Pierre Lumbroso qui a fait ce choix ?

- Oui, absolument, il m'a choisi. Et cela m'a beaucoup touché.

- Les fans de Joe, ils viennent de partout...

- De partout. D'une dizaine de pays.

- Tous les pays francophones, les Etats-Unis, l'Allemagne, la Grèce...

- Tous les pays francophones, de toute façon. Des Etats-Unis, ce sont beaucoup de personnes qui voyagent, qui sont américains mais vivent parfois en Allemagne, puis retournent dans leur pays... et suivent depuis toujours la carrière de Joe, c'est formidable. De Grèce, il y a des gens aussi. Aussi de Pays-Bas, d'Allemagne... Mais le nombre principal de membres vient de France.

- Evidemment !

- Oui, évidemment... (rires) Mais il y a aussi beaucoup de suisses, de belges...

- Vous-même, vous êtes fan de Joe depuis quelle année ?

- Ah, depuis... depuis 1968. J'avais 9 ans à l'époque, donc je me souviens de " Bip-Bip ", de " Siffler sur la colline ". J'écoutais déjà ses chansons en boucle, je chantais... (rires) petit à petit, j'ai suivi sa carrière. Sa voix m'a toujours envoûté, il aurait pu chanter n'importe quelle chanson... Il avait son style, il était vraiment quelqu'un de formidable, il avait beaucoup de dynamisme, et puis son côté romantique... tout ça ne s'explique même pas !

- Vous avez une préférence pour quelle chanson ? Car Joe était très éclectique, il chantant des chansons country, des chansons romantiques, des chansons folkloriques américaines, ainsi que les chansons très " françaises "...

- Oui, oui... (sourire)

- ...donc, laquelle est votre préférée ?

- Ca, ça dépend... dans son répertoire j'aime beaucoup de chansons. Il y a une chanson très importante pour moi, elle n'est pas fort connue, " Mon village du bout du monde ". Aussi, " La chanson des cigales ", je l'adore. " Le Jardin du Luxembourg ", en son intégralité on ne l'a pas sur tous les CD, " Ma musique ", " L'albatros ". Et dans les chansons plus dynamiques, il y a " L'Amérique ", l'incontournable, les autres grands succès, " Les Champs-Elysées "...

- Avec " L'Amérique ", il terminait toujours ses tours de chant...

- Oui, tout à fait. Et il avait un des meilleurs orchestres de France, Joe... C'était impressionnant.

- Que pensez-vous de l'image de Joe créée par les médias ?

- On l'a sous-estimé. On n'a jamais approfondi sa personnalité. Et c'est un peu pour ça que le Club existe, que les sites internet existent, pour mieux le faire connaître...

- Et les disques, les compilations qui sortent presque chaque année ? Qu'en pensez-vous ?

- Elles se ressemblent toutes, et c'est un peu désolant. C'est la politique des maisons de disques, de sortir toujours le même.

- C'est donc pour tous les chanteurs ?

- Oui, pour tous les chanteurs, surtout pour les disparus. C'est la politique de toutes les maisons de disques, malheureusement.

- Ce que vous faites pour Joe, ça vous rend heureux ?

- Oui. C'est ma passion. Quand il est parti, je n'ai pas pu concevoir qu'il n'était plus là, et j'ai voulu le faire vivre avec le fan club. Il faut dire que j'ai beaucoup de correspondance d'admirateurs de Joe, venant encore de l'ancien fan club, qui m'ont poussé à recréer le Club. Alors, j'ai été pris dans un tourbillon...

- Et il est toujours aussi populaire.

- Oui, je sais, et les nouvelles générations font déjà leurs enfants écouter ses chansons.

- Pendant beaucoup d'années vous étiez le seul qui faisait vivre le souvenir de Joe, il y a eu des périodes assez longues où son souvenir était laissé, il n'y avait personne pour s'en occuper, seul le Club était toujours là. Merci pour tout ce que vous faites...

- Mais c'est le bonheur. D'ailleurs, j'ai fait tellement de rencontres merveilleuses, comme aujourd'hui avec vous tous - juste avant la réunion qui aura lieu demain...

- Merci beaucoup !

En haut  Vers la liste