RU EN
 

3 visiteurs sur le site

contact@joedassin.info

 

Livre d'Or

Ajouter un message

 
De SARA    07.05.2006 23:47:08

JOE DASSIN ON AIME TES CHANSONS ET SUR TOUT LA CHANSON ET SI TU N4EXISTER PAS

De Asseline    06.05.2006 21:55:42

Bravo pour le site! Très complet! Je suis fan de Joe Dassin, j'adore ses chansons! J'aurais une question : quelqu'un aurait-il une idée d'où se procurerdes C.D. avec des chansons plus "rares" de Joe?
Merci


De sarha 05.05.2006 21:03:21

Bravo! pour le site et Bravo! pour joe dassin

De meryem 05.05.2006 02:39:13

bravo les createurs de ce site .c'etai super

De sonia 28.04.2006 19:20:54

Par ce matin d'été ,au dessus d'une colline l'horizon s'éclaire , j'ai cru te voire.
De ci- De la battifolent deux inséparables.
Deux paons font une parade nuptiale,et ouvrent leurs évatails .
Le cri lugubre d'une chouette hulottefait écho dans le creux d'une falaise.
Quelques petits animaux farouchent s'éparpillent et rejoignent leurs terrier.
Les arbres couleurs érables perdent leurs feuilles frêlent qui se laisent mourir sur le sol.
Quelques fragments de branches séchées, et quelques fleurs fanées vienents s'évanouir au pied d'une souche.
J'entrevoit une silouhette,derriére un tronc d'arbre et disparaît sans un bruit.
Des centaines de fleurs aux couleurs châtyantes ornées de bleues embeaume l'admosphére.
Le long d'un ruisseau ruisselle comme des perles des petits cristeaux lumineux, de petits callioux aux formes arrondies clapottes contre les roseaux couleurs havane..
Un jolie colibri se met à l'abri , tant que le soleil brille .
Et un aigle royal monte au firmament.
Quelques marguerittes encore fragiles ouvrent leurs collerettes et pointes grâcieusement leurs bouts de leurs nez vers le soleil ardent.
Sur cette terre fertille reigne la paix , ton enveloppe charnel s'évapore et ton âma repose à jamais.
De l'être le plus merveilleux , mille baisés , pour celui que l'on a aimé.


De sonia 28.04.2006 18:39:31

Tout,pour celui que l'on a aimé.

Autrefois tu était lumiére,maintenent tu n'est que poussiére sur cette terre.
J'ai courru à l'infini vers ta lumiére,mais je ne t'est poin vue.
J'ai cru te voir et je n'est vue que du noir .
Dans ma mémoire j'ai eu l'espoir que de la haut tu puisse me sourire...
Mais je n'est que le souvenir de quelques étoiles scintillantes .
De mille feux une étoile brille une étoile filante qui rejoines le néant.
Tu était pétillant comme les bulles de champagne,et tu ne
manquais pas de charme.
D'un geste leste tu passe tes doigts raffinés le longt de ta chevelure souple.
Au grés du vent la brise légére éffleure les arbres.
Tu mûrmurais quelques paroles.
à pas feutrés tu avance vers le sentier,tu t'allonge et tu songes les yeux mi-clos, et tu t'endord.
Dans ce ciel obscur juste la pénombre d'une colombe qui disparaît lentement dans les cieux.
Par ce ma


De Edna Wong    26.04.2006 07:42:13

Hier soir (le 25 avril 2006) je suis allée voir un spectacle intitulé ''Boisvert chante Dassin''. Pour cet artiste québecois, de 30 ans, interpréter son idole est tout à fait naturel. Il n'imite pas Dassin mais lui fait honneur en lui manifestant toute son admiration.(citation tiré du site www.casino-du-lac-leamy.com) J'ai passé une soirée magnifique car il a su nous charmer et nous enchanter avec plus de 25 chansons de Joe tout aussi populaires aujourd'hui qu'il y a 25 ans.

Cette soirée m'a aussi ému tant elle me rapellait des souvenirs de mon adolescence, en 1970 lorsque j'avais 10 ans écouter du Joe Dassin n'était pas commun pour une gamine de mon âge mais 35 ans plus tard cet amour de sa musique et l'admiration pour l'artiste ne s'est pas démenti et a continué à grandir.

Alors merci Joe pour ces années de pur bonheur.


De Raphaël Zacharie de Izarra    25.04.2006 12:16:42

UNE VIE

Avril s'achevait. La saison était belle, les rues s'animaient, la ville n'était qu'efflorescences : hommes, plantes et bêtes s'offraient à la vie. Tout s'éveillait sous les effluves vernaux. Les créatures tiraient profit chacune à sa manière des bienfaits de la nature. Les beaux jours ranimaient chez moi de profondes langueurs, une sorte de tristesse joyeuse innée qui, comme les bourgeons, ne demandait qu'à s'épanouir au soleil de mai. Je promenais mon trouble délicieux au bord de l'onde, pensif et insouciant.

La Mélancolie de tout temps habitait mon âme. A quarante ans j'avais vécu. Solitaire et studieux. Esthète et hautain. De longues années consacrées aux Arts, aux sciences, à la religion. Mes amis les plus chers étaient les livres, les arbres, les chats, les églises, quelques hommes de lettres parfois, avec qui je passais de longues soirées d'été à causer sous les étoiles.

Les femmes me témoignaient quelque assiduité. Je les tenais à distance. Non qu'elle fussent d'importunes compagnies, mais épris de je ne sais quelle flamme d'exception, je ne me résolvais pas à répondre à leur amitié en termes définitifs. J'attendais des feux d'envergure, persuadé qu'aux âmes supérieures la vie réservait des éblouissements qui n'avaient rien à voir avec les joies du commun. Je soupçonnais d'autres richesses dans l'existence, plus cachées mais plus éclatantes. Lorsque les femmes sur moi exerçaient plus immodestement leurs charmes, je me détournais non sans élégance de ces commodes tentations. Mollement certes, car fait de chair moi aussi je ne pouvais demeurer parfaitement insensible aux appels de l'hyménée, mais mon détachement avait quelque chose de sincère néanmoins.

Ainsi je menais l'existence presque brillante, un peu taciturne, à la fois tourmentée et indolente des gens de belle naissance qui se vouent à des causes désintéressées. L'étude, la rêverie, la réflexion, la poésie m'édifiaient de jour en jour, d'année en année. Les gloires que je récoltais et les affres que j'affrontais étaient surtout intérieures, ce qui ne m'empêchait pas de vivre par ailleurs des expériences plus tangibles. Les aventures en ces cas-là prenaient un tour quasi initiatique, quelque chose de livresque, de didactique. Presque irréel. L'expérience vécue étrangement me laissait un goût sec de théorie. L'impression décevante d'une oeuvre inachevée. Souvent burlesque, voire triviale.

J'étais fait pour le rêve.

Je cheminais le long de la berge, tout aux charmes du dernier jour d'avril, noyé dans mes pensées. Lorsque je la vis... Parée de noir, la gorge blanche dénudée, un grand chapeau sur son front austère, l'oeil profond, les lèvres sanguines, les ongles comme des lames... Vision effrayante ! Mais c'était bien une femme de chair, une femme de mon espèce qui plus est : authentique aristocrate oisive et baroque, de toute évidence. Laide ? Belle ? Je n'aurais su le dire. Je trouvai voluptueuse cette veuve cependant. Sorte de cadavre lascif ou de pantin mondain, la créature me fit l'effet d'un coup de tonnerre en plein ciel d'été. Mes sens, mes sentiments, mes goûts, tout en moi fut ébranlé. Mes plus chères certitudes tombèrent en poussière.

Je lui déclarai ma flamme. L'araignée ne fut pas insensible à ma quarantaine incertaine, ni à mon émoi guindé. Je fis tout à fait mouche lorsque je lui dévoilai les secrets de mon âme : nous nous étions trouvés, elle la pierre tombale, moi le crucifix.

Avril s'achevait. La saison était belle... Je ne croisai personne le long de la berge. Cette histoire que vous venez de lire, je venais simplement de la rêver le long de la berge. Lecteurs qui jusqu'à cette phrase finale m'avez accompagné, le dernier mot de ce texte sera sa raison d'être et plaira à votre imaginaire : soyez les témoins privilégiés de ma vie qui par-delà ce récit se poursuit comme dans un rêve.

GUY de MAUPASSANT


De Laura 24.04.2006 21:50:50

tu ns mank ..

De marie 24.04.2006 17:15:09

joe d'un jour joe pour toujours.
tu est présent grâce a ta musique, et à ton sourire merveilleux.
tu nous met de la joie dans nos cooeurs.
merci pour tout.


De alice de seine et marne    20.04.2006 08:48:41

Un petit coucou de là-haut si tu nous vois .une grosse bise pour tes enfants qui font de merveilleuse chose pour toi .
Alice


De carine 18.04.2006 20:40:28

De l'amérique à l'été indien tu resteras notre soleil éternel
merci joe.


De Mario    18.04.2006 09:50:44

Fan de la première heure,j'ai usé des jeux de cordes sur ses plus belles chansons. Aujourd'hui je continue à chanter sur ses textes. C'est fou comme il est encore présent ! Les jeunes le découvrent. Pour mon plus grand plaisir,mon petit fils de 13ans chante ses chansons et je l'accompagne. Un vrai bonheur. Merci JO,tu dois ravir les anges,là haut .

De denis 15.04.2006 01:40:56

je cherche le clip de l'amérique

De didine017    15.04.2006 01:25:13

moi je n'ai jamais vu joe dassins mais si vous aviez des choses sur lui que vous n'avez plus besoin vous pouvez me les passer (en me les envoyant).

De susy 13.04.2006 12:05:34

Tu nous a tant apporter durant toutes ses anées que nous ne pouvons t'oubliés .
Tu est semblablement une thérapie , car ma vie sans toi est déprimente, grâce à tes chansons mon coeur est bercé de ta voix chaleureuse, et parfois une larme coule sur mon visage .
tes chansons mon toujours émus et toi tu ma toujours plus.
maintenant que tu n'est plus,je continnue à chanté tes chansons qui me fond beaucoup de bien.
je ne t'oulierais jamais.


De fati fleur    13.04.2006 04:30:57

slt je suis l un des admirants de joe dassin le chanteur qui peux touchè nos coeur nos......!!!!!!
je te felicite joe dassin pour tout vos chanson et surtout l un qui j avais aussi un histoire a propos d elle c est l ete indien
et dieu sois avec toi byyyyy


De baudouin    12.04.2006 10:33:26

merci a vous qui tenez ce site a jour

De rose 12.04.2006 00:39:19

joe dassin seras parmis nous nuit et jour dans nos rêves et nos mémoires,il nous apporte chaques jours réconfort et joie.
ses méssages pour lui resterons sans aucun doute une preuve que joe serastoujours parmis nous.